Choucas, pour l'amour d'une belle, épisode 7 et dernier

Publié le 14 Mai 2008

Histoire d'un choucas apprivoisé, nommé Chouk.

Chouk a maintenant 5 mois. Il est beau et fort. Il passe de moins en moins de temps dans la maison mais jusqu'à présent, il ne découchait pas.

Depuis quelques jours, une femelle choucas se pose près de lui sur le haut de la cheminée ou sur un fil électrique. Je les entends se répondre.
J'appelle Chouk, il vole aussitôt vers moi puis repart vers sa nouvelle amie.

Je me dis que le moment viendra bientôt où Chouk nous quittera et je me demande s'il est vraiment prêt.

Depuis un moment, nous espaçons les repas, l'obligeant à se débrouiller seul.
Et chaque fois, il rejoint la communauté de choucas qui déjeune sur le champ d'à côté.

Une nuit, j'ai attendu Chouk, en vain, il n'est pas rentré.
J'étais folle d'inquiétude et j'ai presque eu peur quand brutalement il s'est posé sur mon épaule.
Il est resté 5 minutes, pas plus et est reparti vers son amie choucas perchée sur le fil électrique.
Ils avaient donc passé la nuit ensemble.

12 octobre : Nous n'avions pas revu Chouk depuis le début du mois. Comme si de rien n'était, il est rentré dans la maison, a salué tout le monde, dévoré un morceau de brioche et 1/2 heure plus tard, repartait.

25 octobre : Retour de Chouk à la maison.
Est-ce la dernière fois que nous le voyions ?

17 novembre : Chouk fait un passage éclair à la maison, donne des bisous du bec à tout le monde, mange un morceau de brioche et repart vers ses amis, les choucas du bois.

27 novembre : Chouk vient de moins en moins souvent et ne reste jamais longtemps.
Et aujourd'hui, bizarrement, il s'attarde.
Il est beau mon choucas, il sent bon, il est vraiment en pleine forme.
Je regarde dehors et son amie choucas est sur le fil, elle semble l'attendre. Elle patientera une bonne heure que Chouk la rejoigne.

Je crois, j'en suis sûre que c'est la dernière fois que Chouk nous rend visite.

Je suis triste et heureuse à la fois. J'aimais la compagnie de ce choucas et il me manque beaucoup. Chouk n'est jamais revenu depuis et il me plaît de croire qu'il a trouvé le bonheur auprès de son amie choucas, parmi ses congénères, les choucas du bois.

Mais je sais, qu'un jour, n'importe quand, Chouk peut revenir nous saluer car un choucas n'oublie jamais sa "maman", le phénomène de l'empreinte.

Au revoir, Chouk.

Et pour relire l'histoire de Chouk, mon Choucas bien-aimé au 1er épisode.


Rédigé par Aber Benniget

Publié dans #CHOUCAS

Commenter cet article

Elo! 07/07/2015 10:58

Bonjour!
J'ai lu votre aventure avec beaucoup d'attention et de hâte à connaître la fin. En effet mon ami et moi avons recueilli un jeune choucas tombé du nid lorsqu'il avait à peine 1 semaine. Depuis plus d'un mois est passé, il vole, vit dehors mais revient toujours devant la maison pour manger et faire ce que j'appelle "ses câlins ". Je me demande si le groupe de choucas qui vit par chez moi finira par l'accepter car notre volonté première est qu'il se réadapte à sa vie sauvage et se sociabilité aux autres... Comment imaginer que ces oiseaux aux airs d'opportunistes bruyants et désinvoltes sont aussi intelligents et aimants...? A bientôt !

anne 31/03/2010 20:23



Bonjour, votre récit m'a donné des frissons.


Mon mari et moi sommes devenus également les "parents" d'un jeune choucas, appelé kikou.


Nous vivons exactement la même chose: les bisous; le bain; l'appel du robinet, les cigarettes volées, les cachettes etc!!


Au mois de juin, cela fera 1 an qu'il partagera notre vie. Jamais je n'aurai pensé qu'un oiseau puisse montrer autant d'affection envers un être humain. Il est si présent.


Je n'ose imaginer le jour où il partira. Pour l'instant il vit dehors la journée et rentre dans sa grande cage tous les soirs, il y a même construit un nid!


 


Cela me fait plaisir que d'autres personnes ont vécu cette merveilleuse aventure, car lorsqu'on tente de le raconter, personne ne comprend. Je m'arrête vite de parler de kikou en voyant
l'incompréhension de la personne en face de moi et me dis que ces émotions si inattendues sont notre jardin secret!


Cordialement,


Anne S.


 



Aber Benniget 31/03/2010 23:37



Bonsoir Anne,


Oui, vous avez raison qu'en vous écrivez qu'autour de vous, "personne ne comprend".


Il est de ces expériences que l'on ne peut comprendre qu'après les avoir vécues.


De même, quand une personne a vécu un grand chagrin, personne ne peut comprendre, sauf à l'avoir également vécu ; je parle du décès d'un enfant. Je n'en parle jamais. Les rares fois où je l'ai
fait, j'avais l'impression que l'on m'écoutait à moitié. Cela dérange d'écouter le malheur des autres.


Cette expérience avec un animal sauvage dérange également, et plus encore quand il s'agit de corvidés. La majorité des gens ne les aime pas.


Alors oui, tout cela devient notre jardin secret, mais on sait. Quand votre oiseau partira, ce que je souhaite pour lui, vous en parlerez très longtemps, votre mari et vous.


Nous n'avons encore pas revu Chouk depuis son grand départ mais nous sommes certains qu'il est heureux parmi les siens.


Notre couple de pies fait toujours partie de notre vie. Il vit libre dehors mais, 2 fois par jour, nous rend visite. En ce moment, construction d'un nouveau nid car leur dernier nid a été squatté
par des ramiers. Pour leur faciliter la tâche, je laisse de nombreuses brindilles de bois partout dans le jardin, le nid est presque fini.


Longue vie à Kikou.


Mes amitiés,


Anne


 



Thierry 15/11/2009 19:53


Bonjour,
Merci pour votre belle histoire. J'ai moi m^me vécu l'été dernier une aventure identique avec un bb choucas. L'épaule, le clavier d'ordinateur, le rituel quotidien du bain, voler les sopalins dans
la poche, les objets brillant, les petits déjeuners annimés, le chat siamois qui l'évite, un point que vous n'avez pas mentionné : l'oiseau qui essaye de "parler", de prononcer
son nom ........  et finalement progressivement le grand départ vers une colonie !

Cordialement
TH


Aber Benniget 15/11/2009 22:49


bonsoir Thierry,

Chouk et moi discutions beaucoup, chacun dans notre langue et j'ai souvent eu l'impression qu'il me comprenait puisque moi je le comprenais aussitôt qu'il demandait quelque chose comme par exemple
quand il voulait boire au robinet d'eau de la cuisine. Je pense que l'on peut dire qu'il "parlait".
Je n'ai toujours pas revu Chouk depuis son grand départ.
Il y a toujours beaucoup de choucas autour du jardin  et quand j'appelle, aucun ne me répond.
J'espère que Chouk est heureux. C'était un oiseau merveilleux et tellement intelligent.
Merci de votre commentaire. Cela me fait plaisir de voir aussi que le vôtre a retrouvé sa vraie vie de choucas.
Un choucas ne peut être heureux que libre, comme tous les animaux sauvages.


jaquilou 02/08/2008 01:54

un merci pour m'avoir fait connaitre l'histoire de chouk..........histoire empreinte de tendresse et délicatesse......mon "grognon-mignon" de mari est breton de souche :brest et lannildut;il va venir lire cette histoire ,comme moi il va adorer.Chez nous pas de choucas ,mais des pies ....le sauvetage de "ces belles dames" est ma passion !J'ai eu le lien de ce blog par le forum de clo ,celui" des fondus de corbaques" ..et autres ! Je reviendrai pour ton magnifique jardin ,à bientot!

Michka dit Le Pirate :0051: 30/05/2008 18:05

un petit coucou en passant :0014:

Aber Benniget 30/05/2008 22:11


très contente de te retrouver Michka, je pars demain matin pour Madère.
Viva la Vista