MOURIR TROP JEUNE

Publié le 18 Novembre 2006

Aujourd'hui, je pleure
Un ami est parti
Tu aimais la mer, les fleurs
Cancer, cruelle maladie

Ce n'était pas ton tour
De faire le grand voyage
Au billet sans retour
Réservé au grand âge

Tu avais quarante ans
Tu retrouves ton enfant
Parti dix ans avant
L'année de ses quatre ans

Ne pas perdre l'espoir
J'aurai toute ma vie
Au coeur, à la mémoire
De toi, si plein de vie


à Frédéric



Rédigé par Aber Benniget

Publié dans #le jardin du coeur

Commenter cet article

Gnosilius 20/11/2006 15:38

Bonjour Aber...
Touchant poême, que celui-ci... C'est vrai qu'il est des épreuves dans la vie, où l'on ne peut qu'admettre qu'elles sont, mais n'avoir aucune emprise sur elles... elles sont un peu là aussi pour nous faire prendre conscience qu'il n'est nul besoin de vouloir tout contrôler, la vie s'en charge à notre place, et puis surtout pour nous remettre en place sur notre condition d'être humain, afin de profiter de chaques instants "intelligemment", qui nous est impartit sur Terre.
Pour reprendre une célèbre citation de Sénèque, je dirais que : "Penses que chaques jour est à lui seul une vie !!!"
Bon courage et Lumières en ton coeur !!
Gnosilius

Aber Benniget 21/11/2006 14:16

merci Gnosilius. tes réponses font toujours du bien car elles sont tourner vers l'avenir.merci encore