CHOUK, mon CHOUCAS, épisode 2

Publié le 8 Novembre 2006

C'est l'histoire d'un choucas que nous avons appelé Chouk.

Arrivée de bébé CHOUK, 1 mois :
Bébé Chouk est revenu à la vie. Maintenant qu'il a retrouvé "une maman" qui s'occupe de lui, lui donne à manger, tout va pour le mieux.
Toutes les heures environ, Jérôme lui donne la becquée, de "bouche à bec" mais aussi, une fois sur deux, avec le doigt, il pousse la nourriture tout en frottant la base du petit bec.
Un peu surpris la première fois, l'oiseau a accepté cette nouvelle façon de faire ; son appêtit est excellent et les mixtures sont délicieuses (mélange de jaune d'oeuf, viande hachée et brioche). "Sans doute, se dit-il, mieux vaut ne pas faire le difficile".

La prochaine étape est de le nourrir avec des aliments plus dur, genre petites croquettes pour petits animaux ; mais aussi de lui acheter une cage pour passer la nuit.

Car Chouk s'est mis en tête de dormir près de "sa maman".
Et là, problème, vous comprenez.
Comme un oiseau fait ses crottes à tous instants, après une première nuit sur la couette, les draps ne sont pas beaux à voir.



Donc, une cage s'impose pour passer la nuit.
Jérôme a un autre souci. Ses congés se terminent et l'oiseau serait seul dans la journée ; ce qui, pour l'instant, est impensable car il faut le nourrir régulièrement.

A mon avis, il ne s'est pas posé la question très longtemps. Je n'avais pas encore vu Chouk et un beau matin de début juin, qui vois-je arriver :
mon fils, tout sourire, l'oiseau perché sur l'épaule.

Très rapidement et le tout en même temps, il me dit que l'oiseau serait mieux ici, que la campagne lui conviendra mieux que la ville, qu'il reprend le boulot et que l'oiseau ne peut pas rester seul, qu'il faut s'en occuper tout le temps.
"Bref, me dit-il, tu n'as pas le choix".

(Je ne savais pas encore que durant les prochains mois, tout notre emploi du temps serait réglé en fonction des besoins de l'oiseau et cela : pour notre plus grand plaisir).
L'oiseau a des yeux d'un bleu, mais d'un bleu splendide.
(le beau bleu restera jusqu'au 2 mois de l'oiseau).
Première chose à faire : mettre l'oiseau à l'abri des chattes et du chien de la maison.

La grande cage de Colombine sera parfaite pour Chouk.

Colombine, notre vieille colombe blanche (née en 1994), passe ses étés dans la grande volière du jardin et l'hiver, bien au chaud, dans la volière du salon. Dès le mois de mai, en même temps que sortent les pélargoniums, nous envoyons Colombine dans sa résidence d'été, la volière du jardin. Elle réintègre la volière du salon vers la fin octobre, dès que la température baisse. La dernière fois qu'elle a passé l'hiver dehors, nous avons eu très peur, elle faisait pitié à voir, plus une seule plume ; on aurait dit une volaille plumée prête à être rotie.

Le dépaysement n'a pas l'air d'avoir trop affecté Chouk. Des petits cris plaintifs, très doux, se font entendre de temps en temps mais une petite becquée le calme très vite et hop re dodo.

Mais il y en a une qui n'est pas du tout d'accord. L'arrivée d'un nouveau dans la maison ne lui plaît pas du tout.
Et elle le fait savoir. Hermine, chatte croisée Sacré de Birmanie et Européen écaille de tortue, tourne et retourne autour de la cage.
Elle va et vient sans cesse et décide d'attendre le moment propice pour se faire cet oiseau là.
Elle va camper trois jours près de la cage.


Hermine, sérial-killer : une patte de fer dans un gant de velours.

Prochain épisode : Chouk, un amour de choucas.
 

Rédigé par Aber Benniget

Publié dans #CHOUCAS

Commenter cet article